BARRAGES, domestiquer l’eau

Temps de lecture : 2'

Fermeture annuelle, réouverture en avril 2024

Resumé : Le barrage de Saint-Ferréol est aujourd’hui le plus vieux grand barrage français en activité. A l’occasion de l’anniversaire de sa première mise en eau en 1673, l’exposition revient sur l’histoire de ces géants de pierres, de terre et de béton qui habitent aujourd’hui les paysages.

Bandeau de recherche

BARRAGES, domestiquer l’eau.
Exposition à partir du 14 avril 2023
Le RESERVOIR, espace découverte du canal du Midi

Le barrage de Saint-Ferréol est mis en eau pour la première fois en 1673. Avec ses 32 mètres de hauteur, il est aujourd’hui le plus vieux grand barrage français en activité. A l’occasion de cet anniversaire, LE RESERVOIR, espace découverte du canal du Midi, revient sur l’histoire de ces géants de pierres, de terre et de béton qui jalonnent aujourd’hui nos paysages. Au travers de cette exposition, nous interrogeons le rôle et la place de ces ouvrages sur nos territoires ainsi que notre rapport à l’eau dans un contexte où « l’or bleu » est plus que jamais précieux.

Qu’est-ce qu’un barrage ?

Un barrage est un ouvrage artificiel, construit pour interrompre l’écoulement d’une rivière afin de constituer un réservoir d’eau. Pour être désigné comme « barrage », la hauteur de l’ouvrage doit dépasser la hauteur du cours d’eau qu’il interrompt lors de sa crue la plus importante. C’est un ouvrage technique du génie civil mais c’est aussi un ouvrage d’art. Il peut-être en bois, en terre, en pierres ou en béton.

Domestiquer l’eau

Notre rapport à l’eau est complexe. Elle est à la fois source de vie, nécessaire à tout être vivant, et fléau destructeur emmenant tout sur son passage. Lorsque les hommes se sédentarisent, il leur faut trouver un compromis afin d’accéder facilement à l’eau pour s’hydrater et se nourrir tout en se protégeant des inondations. Très vite, ils apprennent à détourner l’eau des rivières en creusant de petits canaux d’irrigation. Mais ces derniers ne sont pas à l’abri des sécheresses et des débordements. C’est en observant la nature qui les entoure, que les hommes érigent les premiers barrages. En obstruant les cours d’eau avec des pierres ou des branches, ils créent de petites réserves d’eau temporaires qu’il faut entretenir voire reconstruire avant chaque nouvelle saison sèche. Ces remparts de fortune ne peuvent malheureusement rien contre les variations saisonnières de niveau, à la fonte des neiges, ou lors de crues exceptionnelles. Le barrage devient alors un ouvrage stratégique, l’excédent pouvant y être stocké puis utilisé. Au 3eme millénaire avant notre ère, les premiers grands barrages voient le jour. Cette avancée technique n’est pas sans heurt mais elle ouvre la possibilité pour l’homme de se rendre maître de l’eau.

Pour la plupart des sociétés humaines, la maîtrise de la ressource en eau est la condition pour prospérer. Ainsi, en Afrique, en Amérique du Sud, en Europe et en Asie, le barrage est présent depuis la Haute Antiquité. De bois, de terre, de pierres ou de béton, ces géants ont de nombreuses conséquences sur notre environnement.

La construction d’un barrage transforme profondément le monde qui l’entoure. Il remanie de manière indélébile les paysages et les écosystèmes. Là où il y avait une vallée, il y a désormais un lac artificiel : le réservoir.

Toujours plus hauts et toujours plus importants en volumes, les barrages actuels ont dépassé depuis longtemps ceux de l’Antiquité. Les usages de l’eau, de plus en plus étendus et divers au fil du temps, ont poussé les hommes à perfectionner ces ouvrages afin qu’ils répondent toujours mieux aux lieux et aux rôles qui leur sont assignés.

Voyager à travers l’histoire des barrages, c’est interroger notre rapport à l’eau et à sa disponibilité hier, aujourd’hui, mais aussi dans le futur.

Retrouvez BEBER le castor, la mascotte créée par Pierre Bonilla, tout au long de l’exposition.

Infos pratiques

Horaires

Tarifs

 

Visiteurs en situation
de handicap

iconces horaires

HORAIRES

billets

TARIFS

personne mobilité réduite

VISITEURS EN SITUATION DE HANDICAP

FAQ